top of page

đ—–đ—źđ—»đ—°đ—Č𝗿 - đ—§đ—żđ—Œđ˜‚đ—Żđ—čđ—Č𝘀 đ˜‚đ—żđ—¶đ—»đ—źđ—¶đ—żđ—Č𝘀 : Les bienfaits de la vit. B17

DerniĂšre mise Ă  jour : 3 juin

Selon Michel Dogna, l’Industrie du Cancer aurait supprimĂ© les informations objectives concernant la vitamine B17 et mĂȘme promu l’idĂ©e que cette vitamine n’en Ă©tait en fait pas une, et qu’en plus elle Ă©tait carrĂ©ment « meurtriĂšre »..

Alors qu’en est-il dans le fond ? Essayons ici d’y voir ici, en 2024, un peu plus clair :


đ€đŹđ©đšđ«đ­đšđŠđž E951 𝐞𝐭 𝗚đ—č𝘂𝘁𝗼đ—ș𝗼𝘁đ—Č E621

 

Qu’est-ce que la vitamine B17 ?

Selon WikipĂ©dia et d’autres sources trĂšs « officielles », le composĂ© que l’on nomme de maniĂšre erronĂ©e vitamine B17 (car je cite : « la vitamine B17 n’existe pas en rĂ©alité ») n’est autre que de l’amygdaline.

 

Alors soit.

 

Qu’est-ce que l’amygdaline ?

(note de l’auteur : « nommĂ©e dans le langage populaire vitamine B17 ») ?

 

L'amygdaline (du grec ancien amande) ou amygdaloside est un composĂ© aromatique appartenant Ă  la classe des hĂ©tĂ©rosides cyanogĂšnes. En clair, l’amygdaline a le potentiel de libĂ©rer du cyanure lorsqu’elle est ingĂ©rĂ©e.

 

Hautement toxique, le cyanure est un poison dont l’ingestion d’une dose comprise entre 0,5 et 3,5 milligrammes (mg) par kilo peut se rĂ©vĂ©ler mortelle, soit entre 30 et 200 mg pour une personne de 60 kilos.

 

 

Combien de cyanure contient une amande de noyau d’abricot ?

Selon WikipĂ©dia, l’amande amĂšre de noyau d’abricot contient environ 14,4 mg d'amygdaline/g

 


À partir de quelle quantitĂ© d’amandes de noyau d’abricot est-ce toxique pour l’ĂȘtre humain ?

Les symptĂŽmes d’empoisonnement Ă  l’acide cyanhydrique apparaissent Ă  partir de 400 mg d’amygdaline par Kg de poids corporel, ce qui chez un adulte de 70 Kg correspond Ă  environ 50 noyaux d’abricots ingĂ©rĂ©s dans un bref laps de temps.

 

Si cependant leur consommation s’étale sur plusieurs heures, rien n’est Ă  craindre car l’organisme Ă©limine progressivement l’acide cyanhydrique.

 

Sur un plan plus pragmatique, d’abord on se demande pourquoi les Hunzas grands consommateurs d’abricots avec leurs amandes n’avaient pas de cancer et vivaient 120 ans.

 

Personnellement, Michel Dogna a testé 16 amandes par jour pendant 15 jours sans aucun problÚme.

La seule restriction qui serait faite concerne les gens qui ont un foie trÚs abßmé vu que cela lui nécessite un gros travail possiblement au-dessus de ses moyens.



Historique de la découverte de la vitamine B17

Dans les années 1940, le Dr. Ernst T. Krebs Sr. et son fils le Dr E.T. Krebs Jr. ont publié un document intitulé « La ThÚse Unitaire ou Trophoblaste du Cancer », dans le Medical Record, de New York.

Dans les annĂ©es qui ont suivi, l’équipe pĂšre et fils fit des recherches sur les co-enzymes et sur la possibilitĂ© que le cancer pourrait rĂ©sulter de carences, particuliĂšrement en vitamines.

 

Dans le dĂ©but des annĂ©es 1950, ils apprirent qu’au royaume des Hunzas ou Hunzakuts, dans les montagnes Himalayennes situĂ©es au nord du Pakistan, il Ă©tait dit que ce peuple vivait « sans cancer ».

Les Drs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantitĂ©s d’abricots, mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer
 jusqu’à ce qu’ils aient dĂ©couvert que les Hunzakuts mangeaient Ă©galement les amandes des noyaux d’abricots ; leur particularitĂ© : on sait que ces amandes sont trĂšs riches en NITRILOSIDES. En outre, on les trouve aussi dans les amandes (d’amandiers), graines de pĂȘches, pĂ©pins de pommes (pectine), millet, fĂšves germĂ©es, sarrasin, et aussi dans d’autres fruits et noix, mais en quantitĂ© infĂ©rieure.

 

Note : seuls les abricots producteurs d’amandes amùres sont efficaces (abricotiers sauvages).

 

Les Drs. Krebs ont ensuite dĂ©fini que le principe actif des nitrilosides Ă©tait prĂ©cisĂ©ment dans certains glycosides qu’ils rĂ©ussirent Ă  extraire.

Finalement, ils ont effectuĂ© une demande de brevet pour le procĂ©dĂ© de production du mĂ©tabolite formĂ© par ces glycosides, qu’ils baptisĂšrent du nom de LAETRILE, en vue d’une utilisation clinique.

 

Ce Laetrile fut ensuite catalogué Vitamine B17.

Des noyaux d'abricot tout simplement

 

Il s’est avĂ©rĂ© que les Hunzakuts consomment entre 100 Ă  200 fois plus de vitamine B17 que l’AmĂ©ricain moyen, en raison principalement du fait qu’ils consomment des amandes de noyaux d’abricots, et aussi beaucoup de millet.

Fait intĂ©ressant, lĂ -bas, la richesse d’un homme se mesure par le nombre d’abricotiers qu’il dĂ©tient. La nourriture la plus convoitĂ©e est la semence contenue dans les noyaux d’abricot, l’une des plus importantes sources de B17 sur la Terre.

 

L’une des premiĂšres Ă©quipes mĂ©dicales chargĂ©e d’étudier les Hunzakutz, Ă©tait dirigĂ©e par le chirurgien britannique de renommĂ©e mondiale, le Dr. Robert McCarrison.

Écrivant dans le Journal JAMA, du 7 janvier 1922, il indiqua :

« Les Hunzas n’ont pas d’incidence connue avec le cancer. Ils bĂ©nĂ©ficient d’une abondante rĂ©colte d’abricots. Ils les sĂšchent sous le soleil, et les utilisent en grande partie dans leur alimentation. »

 


Dans quelles conditions l’amande de noyau d’abricot n’est-elle alors pas toxique ?

Il faut savoir que dans les tissus sains, une autre enzyme, la rhodanĂšse, prĂ©sente en quantitĂ©s beaucoup plus importantes que l’enzyme de dĂ©verrouillage, la bĂȘta-glucosidase, a la capacitĂ© de dĂ©grader entiĂšrement Ă  la fois le cyanure et le benzaldĂ©hyde, en thiocyanate (une substance inoffensive), et en salicylate (qui est un antidouleur de la famille de l’aspirine).

Fait intéressant, les cellules cancéreuses malignes ne contiennent pas de rhodanÚse, ce qui les laisse complÚtement à la merci des deux poisons mortels. Tout ce processus est connu sous le nom de toxicité sélective, puisque seules les cellules cancéreuses sont spécifiquement ciblées et détruites.

 

Les centaines d’études cliniques menĂ©es par de nombreux mĂ©decins compĂ©tents dans le monde entier, y compris celles qui sont dirigĂ©es par le Dr. Ernesto Contreras à l’Oasis of Hope Hospital, nous donnent toute confiance, sur le fait que le traitement avec la thĂ©rapie B17 ne prĂ©sente aucun danger pour les cellules normales (ce qui est loin du cas de la chimio). Et ça, c’est une trĂšs mauvaise nouvelle pour l’Industrie du Cancer !

Les graines d’abricots sont Ă  la portĂ©e de n’importe quel porte-monnaie, en regard des prix exorbitants des cocktails mĂ©dicamenteux agressifs de la chimiothĂ©rapie.

 

 

Voici un témoignage intéressant tiré de la lettre n° 115 de Michel Dogna :

L’histoire de Jason Vale.

Dans les annĂ©es 90, un amĂ©ricain, Jason Vale s’est retrouvĂ© avec un cancer en phase terminale.

Il était considéré irrécupérable par les médecins.

GrĂące Ă  des recherches personnelles, il a appris que les gens qui avaient eu un cancer, avaient pu guĂ©rir grĂące Ă  la vitamine B17 des pĂ©pins de pommes (pectine) et des amandes de noyaux d’abricots.

Sans attendre il a commencĂ© Ă  en consommer dans le cadre de son rĂ©gime alimentaire quotidien et s’est rapidement senti mieux. Dans un court laps de temps, le cancer de Jason a complĂštement disparu.

 

Lorsque l’histoire extraordinaire de Jason fut diffusĂ©e Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale, cela a provoquĂ© une audience si grande que le mĂȘme reportage a Ă©tĂ© diffusĂ© une deuxiĂšme fois, la semaine suivante. L’enthousiasme des spectateurs fut si grand que Jason se retrouva inondĂ© d’appels tĂ©lĂ©phoniques, provenant de personnes rĂ©sidant dans tout le pays.

Au cours des annĂ©es suivantes, Jason a aidĂ© des milliers de gens Ă  traiter avec succĂšs leur cancer en consommant des amandes de noyaux d’abricots.

 

C’est alors que Jason fut victime d’une opĂ©ration coup de poing, dĂ©cidĂ©e par la FDA : il fut condamnĂ© le 18 juin 2004, Ă  63 mois de prison et 3 ans de libertĂ© surveillĂ©e, par un tribunal du District Est de New York.

Son crime ? La vente d’amandes d’abricot sur son site web, et de dire aux gens la VERITE sur leurs propriĂ©tĂ©s curatives.

AprĂšs avoir purgĂ© prĂšs de quatre ans de prison, Jason a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© de la maison d’arrĂȘt au dĂ©but de 2008.


Dans quels autres aliments trouve-t-on aussi de la vitamine B17 ?

  • les noyaux de certaines drupes (fruits charnus Ă  noyau):

    • la cerise (le noyau contient de 2,7 Ă  3,9 mg d'amygdaline/g selon la variĂ©tĂ©)

    • l'abricot (le noyau contient 14,4 mg d'amygdaline/g, variĂ©tĂ© non mentionnĂ©e)

    • la prune (le noyau contient de 0,4 Ă  17,5 mg d'amygdaline/g, selon la variĂ©tĂ©)

    • la pĂȘche (le noyau contient 6,8 mg/g d'amygdaline, variĂ©tĂ© non mentionnĂ©e)

  • la noix de cajou

  • la racine de manioc

  • le pĂ©pin de pomme (un pĂ©pin contient 3 mg d'amygdaline/g, variĂ©tĂ© Royal Gala) 6,7. Le jus de pomme, variĂ©tĂ© Bramley, contient environ 0,09 mg/g d'amygdaline, ce contenu dĂ©pend aussi du procĂ©dĂ©

  • le laurier-cerise

  • les cĂ©rĂ©ales complĂštes

  • le riz complet

  • le jaune d'Ɠuf

  • la levure de biĂšre

 

 

L’amygdaline est-elle utile ou pas pour lutter contre ou prĂ©venir le cancer ?

Selon les organismes « officiels », aucun effet bĂ©nĂ©fique sur le dĂ©veloppement ou l'Ă©volution du cancer n'a pu ĂȘtre dĂ©montrĂ© scientifiquement.

 

Cependant, d’aprĂšs un article de la station de recherche Agroscope Changins-WĂ€denswil ACW, selon des Ă©tudes de Crowell,1999 et Tsuda et al.,2004, des effets anticancĂ©rigĂšnes ont Ă©tĂ© associĂ©s Ă  l’huile d’amandes de noyaux d’abricot.

 

 

L’amygdaline utilisĂ©e depuis longtemps dans l’industrie alimentaire

Les amandes amĂšres de noyau d’abricot sont utilisĂ©es de longue date pour aromatiser les confitures d’abricots.

 

Cependant, la dose d’acide cyanhydrique dans les denrĂ©es alimentaires est strictement contrĂŽlĂ©e en Suisse, et ne doit pas dĂ©passer la limite de 1 ppm selon la lĂ©gislation suisse (OrdonnanceDFI,1995).

 

 

Autres utilisations de l’amygdaline :

Selon ce mĂȘme article de la station de recherche ACW, par le passĂ©, les amandes des noyaux de Luizet Ă©taient sĂ©chĂ©es et consommĂ©es en Valais durant l’hiver.

L’amygdaline n’est cependant pas ou peu dĂ©tectĂ©e dans les amandes douces (Femenia et al., 1995), comme celles que fournit le Luizet.

 

L’huile extraite des amandes d’abricots est dĂ©jĂ  couramment utilisĂ©e en cosmĂ©tique (savons, pommades, crĂšmes, shampoing) et en mĂ©decine, grĂące Ă  ses propriĂ©tĂ©s anti-oxydantes et rĂ©gĂ©nĂ©ratrices reconnues (Wimmer et al., 2003; Alvarez et Rodrigez, 2000).

Son utilisation en industrie agroalimentaire est en revanche trĂšs rare (confection de gĂąteaux et biscuits ou huile comestible).

Le tourteau issu du pressage des amandes peut ĂȘtre utilisĂ© comme aliment pour le bĂ©tail (Ardouche et al., 2007).

 

 

Quelle est la composition nutritionnelle de l’amande de noyau d’abricot bio  ?

L’amande de noyau d’abricot est Ă  consommer de prĂ©fĂ©rence de culture biologique. 

Elle est principalement composée de graisses et de protéines, avec une faible teneur en glucides.

Elle est également riche en vitamines et minéraux essentiels, tels que la vitamine E, le fer, le magnésium et le potassium.

Ces nutriments peuvent contribuer à une alimentation saine et équilibrée.

 

 

Quelle est la quantité recommandée ?

Selon l’ANSES, les quantitĂ©s d’amandes Ă  ne pas dĂ©passer par jour Ă©tablies par l’AutoritĂ© europĂ©enne de sĂ©curitĂ© des aliments (EFSA), soit environ 1 Ă  3 amandes pour les adultes et la moitiĂ© d’une petite amande pour les jeunes enfants.

 

Michel Dogna propose une posologie différente, à consulter dans sa lettre n°115 ou sur son blog (lien ci-dessous).

 

Toujours selon l’ANSES, depuis quelques annĂ©es, un engouement est apparu pour ces amandes d’abricot, commercialisĂ©es en tant qu’aliment permettant de lutter contre le cancer.

Des doses élevées, de 10 amandes par jour en prévention à 60 amandes en curatif, sont préconisées.



Quelles sont les contre-indications :

Il est important de noter que la consommation soutenue d’amandes peut fatiguer les foies fragiles.

D’ailleurs dans la cure Gerson, toutes les amandes sont interdites, partant du principe que le foie va devoir effectuer un gros travail d’évacuation des toxines et poisons de toutes sortes. Ceci signifie que la cure d’amandes amĂšres est incompatible avec la cure Gerson.

 

Il peut donc arriver que certaines personnes présentent des nausées, voire des vomissements.

C’est parce qu’elles ont le foie trĂšs fragilisĂ©, surtout si elles ont « bĂ©nĂ©ficiĂ© » auparavant d’une chimiothĂ©rapie


Dans ce cas, Michel Dogna conseille de sélectionner un autre traitement dans son ebook CANCERS.

 

Enfin, il est un peu surprenant que certains malades prennent Ă  la fois des amandes amĂšres et du Laetrile (vit B17 molĂ©cule active qui en est extraite) – et pourquoi ne pas plutĂŽt augmenter simplement les doses d’amandes ?

Car on sait que les mĂ©langes naturels prĂ©sentent un Ă©quilibre synergique rarement agressif pour l’organisme, ce qui n’est pas le cas des molĂ©cules isolĂ©es – d’autant plus si elles sont de synthĂšse.

 

En cas de doute, n’hĂ©sitez pas Ă  consulter un spĂ©cialiste



 

Pour rappel, le cancer ne peut se développer que dans un environnement acide.

Gardez votre corps alcalin et prévenez ou détruisez les cellules cancéreuses existantes.

Vous pouvez Ă©galement voir Ă  ce sujet mon blog prĂ©cĂ©dent : « L’équilibre Acido-Basique et le Cancer »

 

Pour une explication plus dĂ©taillĂ©e concernant l’équilibre acido-basique :

 

Pour dĂ©couvrir d’autres articles sur mon blog :

 

 


Sources :



75 vues0 commentaire

Comments


bottom of page