Intoxication à l'aluminium..

Mis à jour : mai 26

Si nous avons toujours été exposés à l’aluminium, nous y sommes de plus en plus au fil des années.

La principale responsable : notre alimentation.

Les effets toxiques de l'aluminium portent principalement sur le système nerveux central et le tissu osseux.


En cas de suspicion d'excès à l'aluminium, il est possible d'effectuer un bilan "OLIGOSCAN" afin d'évaluer la quantité d'aluminium stocké dans l'organisme.


En cas de suspicion d'intolérance ou de réaction à l'aluminium, ils est possible d'effectuer un bilan auprès de votre thérapeute BBA "Bye-Bye-Allergies".


Vous aimez réaliser vos compotes de fruits ?

Attention aux récipients utilisés: "En présence d’acides et de sels, l’utilisation de casseroles et de saladiers en aluminium et de papier d’aluminium ménager pour des aliments comme la compote de pommes [...] pourrait entraîner une augmentation des concentrations en aluminium dans ces aliments" prévient l’Efsa.

Sont aussi concernés "la rhubarbe, la purée de tomates ou les harengs salés".


A noter : Il est plutôt conseillé d’utiliser du papier sulfurisé à la place de l’aluminium, autant que possible.



Thé

Le thé, plus précisément les feuilles de thé, font partie des "denrées alimentaires à très fortes concentrations moyennes en aluminium" indique le groupe scientifique AFC en 2008.

Pour cause, l’aluminium représente environ 8% de la croûte terrestre et se diffuse dans les végétaux comme le théier.

Néanmoins, en novembre 2003, l’Anses précisait que "si les feuilles de thé noir de différentes provenances (Ceylan, Inde ou Kenya) contiennent d"importantes quantités d"aluminium (892±292 mg/kg de matière sèche), les infusions ne contiennent plus que 4,2mg/litre d"aluminium (Mülleret al, 1998)".



Pains

Selon l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa): "la plupart des denrées alimentaires non transformées contiennent habituellement moins de 5 mg d’aluminium/kg".

Mais certains aliments peuvent en contenir plus (de 5 à 10 mg/kg) comme par exemple les pains, gâteaux  et pâtisseries.

"Les taux les plus élevés se rencontrant dans les biscuits" précise l’EFSA.

Plus généralement, les céréales et produits à base de céréales sont pointés du doigt par les autorités sanitaires pour leur teneur trop élevée en aluminium.

A noter : Les préparations à cuire au four ainsi qu’une majorité de produits farineux et de farines contiennent entre 5 et 10mg d’aluminium par kilo.



Additifs

Voilà encore une bonne raison d’éviter les aliments transformés : leur teneur en additifs à base d’aluminium.

Ces derniers sont utilisés comme colorant, anti-agglomérant, affermissant, épaississant, stabilisant ou encore correcteur d’acidité… mais ils nuisent à votre santé !

Les additifs à éviter : E173 (présent entre autre dans l’enrobage des confiseries, pâtisseries industrielles), E520 à E523 (sulfate d’aluminium), E541 (phosphate d’aluminium autorisé dans certaines pâtisseries), E554 à E559 (silicate d’aluminium), E1452 (octényl succinate d’amidon d’aluminium).



Eau

L’aluminium est disponible à des concentrations variables dans l'eau courante.

"Les sels d’aluminium sont utilisés pour traiter l’eau du robinet contre les impuretés organiques et par là éviter qu’elle soit trouble" indique le Dr Laurent Chevallier dans son livre Le livre antitoxique.

Selon l’Efsa "l’aluminium dans l’eau de boisson représente une source mineure d’exposition".

Mais pour le Dr Chevallier "ce type d’affirmation à priori rassurante semble omettre le fait que différents éléments présents dans l’eau comme la silice joue un rôle non négligeable sur son degré d’assimilation".

Le médecin nutritionniste recommande ainsi de toujours bien analyser l’ensemble de la composition de l’eau (demandez à votre commune les détails des analyses de l’eau pour connaître les taux d’aluminium).



Épices

En 2008, le groupe scientique ATC de l’Efsa a pointé du doigt les épices comme des denrées alimentaires à très fortes concentrations moyennes en aluminium.

Pour cette raison, il est préférable de privilégier les épices provenant de l'agriculture biologique.


Lait en poudre

En février 2014, le magazine 60 millions de consommateurs tirait le signal d’alarme sur les trop grandes quantités d’aluminium présentes dans les laits infantiles.

"Dans les laits 1er âge, nous avons trouvé une teneur moyenne de 153 microgrammes (μg) d’aluminium par litre. Un nourrisson de six mois consommant 4 biberons de 210 ml/jour ingère donc 897 μg d’aluminium par semaine" expliquait le magazine.

Moins que le taux maximal fixé par l’Efsa à 1mg/kg/semaine mais quand même !

Dans un avis publié en 2008, l’Efsa avait noté que l’exposition d’un nourrisson de 3 mois à l’aluminium était de 0,6mg/kg de pc/semaine quand il était nourri avec les préparations à base de lait, de 0,75 mg avec celles de soja et de moins de 0.07 mg avec l’allaitement au sein.


Bibliographie / Références :

- Le livre antitoxique, Dr Laurent Chevallier, Editions Fayard, 2013.

- Dangers de l"aluminium dans l"alimentation, 13e législature, Sénat, 11 novembre 2010.

- Exposition à l"aluminium par l"alimentation, Anses, 28 avril 2014.

- Evaluation des risques sanitaires liés à l"exposition de la population française à l"aluminium, Anses, Afssaps et INVS, novembre 2003.

http://www.anses.fr/sites/default/files/documents/EAUX-Ra-Aluminium.pdf


Source: https://www.medisite.fr/conseils-nutritionnels-9-aliments-qui-contiennent-trop-daluminium.630941.72.html?page=10&xtor=EPR-39-[Medisite_Astuce_Nutrition]-20200124-[testA]#breadcrumb